Entretien avec Esther van Weelden, membre du conseil d'administration par Amber Walstra

Impliqué dans 2 fondations

Esther, comment vous êtes-vous jamais impliquée dans le fonds éducatif Dagpo et la fondation WHISE, parce que vous êtes impliquée dans les deux ?

Un grand sourire apparaît sur le visage d'Esther : « Cela a commencé par une question de Rinpoché en 2006 à des personnes de différents pays, comment un montant obtenu grâce à des dons pouvait être investi de manière sûre. Je suis allé enquêter sur cela pour Rinpochee aux Pays-Bas et j'ai finalement trouvé un moyen très fiable. Rinpochee a alors décidé en 2007 d'opter pour cela et de créer une fondation (TDEF) pour gérer l'argent. L'objectif était de maintenir et d'accroître la richesse afin qu'éventuellement une sorte de fonds de pension pour les moines de Dagpo Shédroup Ling soit créé, assurant ainsi l'avenir lointain des traditions Dagpo.

La question du monastère

Beaucoup plus tard, en 2015, la demande est venue d'un système de chauffage pour le monastère. Mais cela s'est avéré ne pas être si facile à réaliser. De cette simple question est né un projet qui est devenu de plus en plus grand parce que nous avons découvert de plus en plus ce qui se passait. Nous avons d'abord commencé à chercher d'autres moyens d'isoler le monastère. Grâce à Elly (éd. Hendriks), nous sommes rapidement entrés en contact avec la TU Delft, où travaillait l'un de ses frères. Les étudiants de la TU se sont ensuite rendus deux fois au monastère pour faire des recherches. Peu à peu, il est devenu clair que les problèmes sont si graves que nous ne pouvions pas éviter une rénovation professionnelle. Nous avons ensuite réussi à lancer une enquête avec deux ingénieurs d'ARUP, une entreprise spécialisée dans la géologie et l'ingénierie en relation avec les risques de tremblement de terre et de glissement de terrain.

Il en faut beaucoup

Oui, et quand on a compris que des mesures importantes doivent être prises et qu'il faudra vraiment beaucoup d'argent, la fondation WHISE a été créée en 2018, car le Dagpo Educational Fund a un objectif différent et en plus ils ne peuvent pas financer activement le recrutement. Elly et moi avons ensuite poursuivi le projet à travers cette nouvelle fondation The WHISE Foundation.

Tout au long du processus, nous avons été, et sommes toujours, si clairement guidés par Rinpochee et aidés par les Bouddhas ! Plusieurs fois, nous rencontrons les bonnes personnes au bon moment ! Vraiment très spécial…”

Présentation du monastère

Quand êtes-vous venu pour la première fois au monastère de Dagpo Shédroup Ling ? D'où vient votre amour pour le monastère ?

« C'était en 2005 lors de l'ouverture du monastère où était présent SAS le Dalaï Lama. Oui, l'amour pour le monastère découle de l'amour et du respect pour Rinpochee. Le monastère est le cœur des traditions que Rinpoché exerce et incarne. Rinpochee montre de quoi une personne est capable (être le changement que vous souhaitez voir dans le monde) et il montre également comment vous pouvez y parvenir. Sa sagesse et sa compassion dépassent l'entendement.

Rencontre avec le Vénérable Dagpo Rinpoché

En parlant de Rinpochee si affectueusement, pourriez-vous nous dire comment vous avez rencontré Rinpochee ?

« Oui, c'est une histoire spéciale, même si j'hésite à la raconter, par contre c'est une histoire inspirante. Rinpochee est littéralement tombé à l'improviste dans ma vie. En 1995, Rinpochee donnerait une conférence à Rotterdam. Le jour où Rinpochee devait arriver à Schiphol, un comité d'accueil l'attendait, mais un stagiaire de l'agence de voyage qui pensait que Rotterdam était aussi un aéroport d'Amsterdam, avait changé son vol et Rinpochee a donc atterri à l'aéroport de Rotterdam au lieu de Amsterdam. J'y ai débarqué d'Angleterre au même moment. Moi aussi, j'ai dû changer de vol car j'avais perdu mon passeport et je suis donc arrivé à Rotterdam quelques jours plus tard que prévu.

Une fois arrivé à l'aéroport, j'ai dû prendre une navette pour la gare. Je suis monté dans un bus et j'ai vu un homme assis là. C'était Rinpochee (que je ne connaissais pas à l'époque bien sûr). Il m'a demandé en français si c'était le bon bus pour la gare. Rinpochee m'a invité à m'asseoir à côté de lui et nous avons entamé une conversation. Nous avons parlé tout le voyage (jusqu'à Schiphol). Rinpochee m'a demandé ce que je faisais dans la vie et plus tard je lui ai demandé ce qu'il faisait. Quand Rinpochee m'a dit qu'il avait fait quelque chose avec le bouddhisme, il a dit, j'étais si heureux tout de suite ! Je sentais que j'avais trouvé celui que je cherchais, car j'avais vécu au Japon pendant un certain temps auparavant et développé un intérêt pour le bouddhisme et j'avais tellement de questions !

Rinpochee a mentionné qu'il allait à une conférence et j'ai demandé si je pouvais venir aussi. Et ainsi c'est arrivé… La particularité était que Rinpochee avait l'air très ordinaire, il faisait semblant d'être un auditeur. Plus tard dans la journée, Lan Tjoa, dont Rinpoché m'avait donné le numéro, m'a faxé le dossier avec sa biographie et j'ai réalisé à quel point Rinpoché était un grand et important enseignant. sans trop

comprendre ce que tout cela signifiait vraiment, bien sûr. Ce fut une rencontre très spéciale qui a complètement changé ma vie !

Comment décririez-vous ce que le bouddhisme signifie dans votre vie ?

« J'avais une vieille radio à transistors dont l'antenne était attachée avec des fils de fer pour avoir une bonne réception. Souvent, la radio interférait et craquait. Parfois, je recevais les bonnes chaînes avec de la musique claire ou des talk-shows. Souvent, je tournais l'accordeur et parcourais le monde comme ça. Il était difficile de se mettre sur la bonne voie et j'étais souvent frustré que ce soit si loin et peu clair.

Le bouddhisme m'a donné une radio interne parfaite avec une longueur d'onde bien réglée. Esther rit et poursuit : « Il y a encore des interférences, mais quand je suis sur le bon canal, c'est tellement clair et 'droit au cœur'. Un monde s'ouvre littéralement pour moi et cela affecte la façon dont vous percevez, pas seulement en entendant, comme avec la radio, mais avec tous les sens et surtout votre façon de penser, vos perceptions. Ce changement est si profond !

C'est aussi ce que me fait le monastère. La première fois que j'y suis venu, c'était comme rentrer à la maison, comme si je pouvais enfin assister en direct à mon programme préféré, très émouvant !

Juste avant la création de la Fondation WHISE, il y a eu une période intense, avec une visite au monastère avec les ingénieurs d'ARUP. À la fin de cette visite, Esther s'est cassé le poignet de façon méchante. Ce fut aussi une aventure dans laquelle Elly fut le grand soutien d'Esther. Il a fallu beaucoup de temps avant que la main puisse être réutilisée. En fin de compte, une longue période de repos a été nécessaire en raison de divers problèmes de santé. Cela a été chevauché par la crise corona, qui a mis le projet au point mort. Le reste du conseil a travaillé régulièrement dans toutes sortes de domaines. Esther a repris progressivement ses fonctions. Elle est surtout très impliquée dans la communication avec le monastère et la gestion de projet. Elle espère étendre cela avec la collecte de fonds et tout ce qui va avec, par exemple en faisant un film.

« Oh, je veux le redire ! Le conseil d'administration de la Fondation WHISE est très diversifié mais équilibré, chacun a des talents pour contribuer et se compléter très bien. Mais je veux faire un gros compliment spécial à Elly, son enthousiasme est le moteur blanc !

Et ensemble, nous volons sous les ailes de Rinpoché, rendant tout possible !

fr_FR

Saisissez ce que vous recherchez ci-dessus ou accédez directement à l'un des sujets ci-dessous :

Participez-vous à la campagne de lumière pour la Journée des Miracles ?